Charles Bézie - Isabelle de Gouyon Matignon

Calculs et visions - Peintures et sculptures

Exposition passéeDu 15 janvier au 27 février 2016

Dans cette exposition nous avons voulu mettre en avant des élaborations fondamentalement divergentes dans le domaine de l’abstraction géométrique, d’un côté une réflexion calculée, de l’autre une méthode empirique où l’acte transcende la pensée.
Charles Bézie et Isabelle de Gouyon Matignon fonctionnent de façon très différente dans la conception de leurs œuvres.
Dans les dernières peintures que nous présentons à la galerie, Charles Bézie reprend un thème déjà exploré dans les années 90, les Orthogonales. A l’époque n’étaient présentes que les tonalités grises, bleues et noires. Cette fois-ci Charles Bézie conçoit ses « Orthos » avec plus de ludisme, la couleur est à nouveau présente, sous forme de couleurs primaires, sur une dominante qui reste noire. Le jaune, qui avait disparu depuis près de 30 ans lors de sa première apparition dans des œuvres nommées « Les primaires », conçues sur des fonds blancs, revient. Charles Bézie construit ses peintures à partir de chiffres (suite Fibonacci ou nombre d’or), mais aussi à partir d’angles droits ou de couleurs primaires, la construction de ses œuvres est un développement lié à une conception calculée.
Tout en restant dans la géométrie, ici dans le domaine de la sculpture, Isabelle de Gouyon Matignon aborde la conception de ses œuvres d’une façon radicalement différente. Ses sculptures lui apparaissent sous formes de visions, elles s’imposent dans son esprit d’un seul tenant. Leur présence obsédante oblige l’artiste à leur donner vie dans l’espace, d’abord couchées sur le papier, puis vient le volume en carton et enfin le métal, soit en formes pleines ou juste évidées visibles que par leurs contours.
La conception de ses œuvres partent d’un principe empirique, contrairement à celle de Charles Bézie. Isabelle de Gouyon Matignon traite indifféremment le vide et le plein, l’assise de ses sculptures trahit un déséquilibre qui les rendent fragiles, elles vacillent et rendent la construction géométrique hésitante, comme une idée incertaine.

Charles Bézie

Charles Bézie

"Ortholude" n°1613 2015
60 x 60 cm
Acrylique sur toile

vue_expo_1pf-2.jpg
vue_expo_4pf-2.jpg
vue_expo_2pf-2.jpg
vue_expo_3pf-2.jpg

Charles Bézie - Isabelle de Gouyon Matignon. Calculs et visions - Peintures et sculptures