Art Paris

Grand Palais éphémère Champs de Mars Stand E10

ActualitéDu 7 au 10 avril

Cette année nous mettrons l’accent sur l’actualité de la Galerie, en vous proposant un retour sur nos expositions récentes, en cours et à venir.

‘Géométries croisées III’ le dernier volet de notre trilogie consacrée à nos artistes contemporains, vous permettra de retrouver sur le stand quelques œuvres de cette exposition, notamment celles de Charles Bézie, Jean-Gabriel Coignet, Jean-Michel Gasquet, Yves Popet, ou encore André Stempfel.

‘Georges Folmer, une abstraction 1950-70’ notre exposition en cours, a permis de faire découvrir à nouveau son travail avec la parution d’une monographie rédigée par Lydia Harambourg aux Editions El Viso. Un écho sera consacré à cette exposition dans une partie du stand.

Enfin nous organiserons un face à face des œuvres d’Auguste Herbin (1882-1960) et Jean-François Dubreuil sur notre stand, annonçant une exposition Jean-François Dubreuil à la galerie au mois de mai, à l’occasion de la sortie d’une monographie de l’artiste aux Editions du Regard, accompagné d’un texte de Jean-Marc Huitorel, critique d’art et commissaire d’expositions.

Jean-François Dubreuil né à Tours en 1946 fait partie des artistes qui ont construit l’image contemporaine de la Galerie, il élabore ses tableaux à partir de structures existantes, qu’offrent les journaux quotidiens ou hebdomadaires avec sa façon d’attribuer les couleurs, notamment le rouge pour la publicité et le noir pour les photos.

Auguste Herbin, l’un des artistes phare de la Galerie, créateur d’un système basé sur des formes géométriques et des couleurs, ce qu’il appelle son alphabet plastique, permet souvent de décrypter le titre qu’il a donné à l’œuvre. Jean-François Dubreuil rencontre l’œuvre d’Auguste Herbin en 1975, cette découverte le conforte dans son idée de produire de la peinture à partir d’un système préalablement défini.

Son goût pour l’abstraction géométrique et son appétence pour le traitement graphique et pictural de l’écriture, l’a poussé à fédérer, autour d’une galerie associative ‘La galerie 30’, un groupe assez large de collègues à venir exposer dans son appartement dans les années 70-80. C’est vers la fin des années 80 que nous rencontrons Jean-François Dubreuil et qu’il nous oriente vers un certain nombre de ses collègues et amis, tels que Charles Bézie et Henri Prosi. En 2016, il reçoit lors d’une des sessions d’Art Paris, le prix Aurélie Nemours pour l’ensemble de sa carrière.

1-4.jpg
2-4.jpg
3-6.jpg

Art Paris . Grand Palais éphémère Champs de Mars Stand E10