Art Paris Art Fair

Stand D15 - Grand Palais Paris

ActualitéDu 4 au 7 avril

Nous mettrons en avant des œuvres de Victor Vasarely (1906-1997) Hongrois, pour faire écho à notre exposition en cours à la galerie et celle du Centre Pompidou, à laquelle nous prêtons des œuvres. Une autre partie du stand fera un rappel de l’exposition : ‘Particulières’ du mois de Janvier, en présentant les œuvres d’Ode Bertrand, Marcelle Cahn (1895-1981), Isabelle de Gouyon Matignon et Aurelie Nemours (1910-2005), dont le catalogue raisonné des peintures à l’huile et au vinyle vient de paraitre, sous la direction de Serge Lemoine.
A cette occasion nous organiserons une signature de l’ouvrage sur notre stand en présence de Serge Lemoine.
C’est l’année Vasarely ! Après une exposition au Musée du Staedel à Francfort sur l’œuvre peinte, qui avait ouvert ses portes en septembre 2018 et fermé en janvier 2019, à laquelle nous apportions notre concours, une nouvelle exposition Victor Vasarely a lieu en ce moment au Centre Pompidou. Cette dernière se penche surtout sur le « phénomène Vasarely » alors que celui-ci est au zénith de sa popularité dans les années 60/70. L’édition d’estampes et les œuvres monumentales ont été pour lui une façon de se rendre visible et accessible à un plus grand nombre. Anne et Jean-Claude Lahumière étaient, dans ces années-là, éditeurs et ont travaillé avec Vasarely et son sérigraphe Wilfredo Arcay. Le cinétisme battait son plein en Europe, Anne et Jean-Claude Lahumière ont à ce moment-là découvert une partie de l’œuvre de Vasarely qui n’était plus du tout montrée, celle des années 50. Au fur et à mesure, ils se sont constitués une importante collection d’œuvres de cette période. Nous proposerons quelques œuvres de cette période ainsi que quelques œuvres plus tardives pour faire écho à l’exposition en cours à la galerie.
Sur une autre partie du stand, nous reviendrons sur l’exposition ‘Particulières’ quatre femmes dans l’abstraction géométrique, commentée par Céline Berchiche :
« Presque un demi-siècle sépare les premières œuvres de Marcelle Cahn (1950-60) et les dernières séries d’œuvres d’Ode Bertrand et d’Isabelle de Gouyon Matignon (2018). On pourrait alors facilement être tenté de reconnaître Marcelle Cahn et Aurelie Nemours, nées en 1895 et 1910, comme étant des pionnières par rapport à leurs cadettes nées en 1930 et 1964, mais il n’en est rien tant leurs œuvres semblent se répondre et dialoguer ensemble. Entre ces quatre artistes, les combinaisons semblent infinies et affranchies de toute notion de temps, de style ou encore de genre car il faut souligner que l’abstraction géométrique est un mouvement qui a, dès ses origines compté en ses rangs de nombreuses femmes.
Dans l’exposition « Particulières » les sculptures d’Isabelle de Gouyon Matignon instaurent un dialogue sur l’espace avec les dernières toiles d’Ode Bertrand. De même les tableaux à l’unité forme/fond affirmée des œuvres d’Aurelie Nemours regardés au prisme des œuvres de Marcelle Cahn montrent que l’art concret est un mouvement d’une grande diversité où les combinaisons semblent multiples et les développements incessants. »
Pour plus d’informations c’est ici

Marcelle Cahn sans titre 1975

Marcelle Cahn sans titre 1975

Collage et sérigraphie sur papier
25,5 x 32,4 cm

apaf_19_vue_1s.jpg
apaf_19_vue_2s.jpg
apaf_19_vue_3s.jpg

Art Paris Art Fair. Stand D15 - Grand Palais Paris